Traçage Industriel

L’activité de traçage isotopique à l’aide de variations isotopiques du strontium, cuivre, fer, zinc ou du plomb est maintenant bien reconnue et nous pouvons vous offrir un service analytique de qualité sur tous types d’échantillons (sols, eau, alimentation humaine ou animale….). Nous nous spécialisons en ce moment dans le domaine du traçage alimentaire. 

Néanmoins dans le domaine alimentaire il faut prendre des précautions. En effet, l’utilisation d’un traceur est assez complexe car nous allons ajouter un élément métallique (donc hors C, H, N, O) avec une abondance isotopique non naturelle qui devrait se refléter dans les animaux et les aliments permettant ainsi leur traçage. Cette technique n’est pas nouvelle car elle a été utilisée dans les années 80 et a même été brevetée. Depuis le brevet n’a pas été renouvelé et est donc libre de droits. Dans les faits, la plupart des animaux dispose de nourritures ayant des ajouts divers de métaux pour améliorer leurs performances de type calcium, strontium, sodium, magnésium et surtout cuivre, fer ou zinc. Ces ajouts seraient donc les plus aisés à être utilisés car la première approche consisterait à modifier les rapports isotopiques de ces éléments lors de la création de la nourriture et donc obtenir des animaux avec des rapports isotopiques modifiés et donc traçable. Malheureusement, cela n’est pas possible car depuis plus de 10 ans, une douzaines de laboratoires dans le monde ont montrés que les rapports isotopiques du cuivre, fer, zinc, calcium ou magnésium peuvent être utilisés comme biomarqueurs d’un certain nombre de maladies allant de cancers, SLA, ostéoporose et autres maladies neurodégéneratives etc….

La modification dans l’alimentation d'un élement majeur comme ceux donnés ci- dessus provoquera immanquablement une modification dans les valeurs obtenues sur les humains et dans ce cas nous serions totalement dans l’inconnu au niveau médical et il n’est donc pas possible d’utiliser cette voie.

Nous avons préféré une voie différente en effectuant des tests sur un élément que nous ne pouvons dévoiler pour le moment mais qui à deux caractéristiques principales, la première est qui n’est quasiment pas métabolisé par les animaux et reste donc à l’état de trace dans la viande produite et une modification de son rapport isotopique ne provoquera en rien une modification du rapport isotopique chez l’humain. En effet, la source de cet élément pour l’humain ne vient pas de l’alimentation de type viande mais de plantes ou produits de la mer. Deuxièmement, son coût est presque 100 fois plus bas que celui des éléments précités plus haut, la quantité nécessaire est faible et n’est donc pas un frein à son adoption en masse. 

Nous avons aussi mis au point un nouveau traceur (DBisoTRACE brevet en attente) que l'on additionne au fuel/gasoil  pour empêcher la fraude (rouge vs normal) et qui à l’avantage de ne pouvoir être enlevé une fois intégré. Une trace restera indélébile quelque soit les traitements chimiques qui pourront être mis en œuvre.

Nous pouvons étudier tous types de matrice ou objets nécessitant un traçage robuste.

Nous pouvons aussi vous aider à faire un transfert de technologie dans le domaine de la mesure isotopique ou de la compréhension des phénomènes liés aux variations isotopiques dans tous les types de matrices.

L’analyse de majeurs et traces de métaux dans tous types de matrices est aussi une prestation que nous pouvons offrir.